Rechercher
  • bernardortega

Monsieur Macron, messieurs les Chefs d’Etats, ne vous excusez pas.

#macron #leader #présidence #Elysées

Un responsable australien s’est excusé, pour son pays, d’avoir déporté et enlevé des enfants anglais d’une manière affreuse, quelques décennies auparavant.

Un responsable irlandais s’est excusé, pour son pays, d’avoir laissé abuser sexuellement, des enfants, par des prêtres, quelques décennies auparavant.

Beaucoup d’hommes politiques, de toute obédience s’excusent des comportements de leurs prédécesseurs qui ont causé souffrances et injustices. Il y a, pourtant un bon moyen de ne pas s’excuser des horreurs commises et de ses conséquences funestes. Celui d’anticiper ce type de comportement et répondre d’une façon juste aux questions que se pose l’humanité toute entière.

Après un sommet qui devait donner au monde la conscience de vos responsabilités, concernant le devenir de notre planète, combien de vos successeurs s’excuseront, de nous avoir laissé une planète exsangue. Les virus multiples, les plantes médicamenteuses, comme les nourritures sans effets, se développent sur nos terres de plus en plus stériles. Les océans et l’air pollués, font naître un cortège de malformations, de maladies et de morts. Combien de vos successeurs s’excuseront de nous avoir offert un univers de peur, de violence, celui qui succède à la maladie, la pénurie, à l’espoir et la confiance perdue envers ceux qui dirigent (de direction) notre monde.

Monsieur le Président et autres Chefs d’Etats, nous vous en prions : évitez-nous les excuses de vos successeurs. Evitez, si c’est encore possible, de laisser un héritage morbide à vos enfants. L’influence des lobbies, des économistes rois, soutiennent souvent vos présences à la tête des états. Rassurés sur la sauvegarde de vos biens et de votre famille, peut-être aurez-vous un peu de courage. Peut-être, serez-vous moins enclins, à écouter ces conseillers du court terme, uniquement intéressés par des profits claniques. Ce serait faire fi de votre vraie famille, celle que vous devez porter, par la charge qui vous a été confié. Cette famille est large, et beaucoup de ces membres ne vous aiment pas. La plupart d’entres eux, ne vous seront jamais présentés. Ils peuvent souhaiter votre échec et celui de vos amis. Mais, il est trop tard. A présent, ce sont vos enfants, vos frères, vos parents. Vous êtes chefs d’Etat, chefs de famille(s), et les vôtres sont immenses. Nous sommes tous conscients de votre tâche, conscients des intérêts divergents des pays du Sud, du Nord, de l’Asie. Conscients des égoïsmes, des rapports de force, de la mauvaise communication entre les uns et les autres, conscients que certains d’entre vous considèrent qu’ils n’ont et n’auront aucun compte à rendre.

Que vos enfants, que vos successeurs ne s’excusent pas de la tâche qui fut la vôtre. Tendez au maximum à résoudre les problèmes liés à notre environnement. Persuadez les gros industriels établis et vainqueurs qu’ils peuvent trouver d’autres moyens de faire des affaires, en investissant dans une attitude, des produits, des comportements responsables.. Si vous ne pouvez pas aimer les enfants de ce monde qui vous ont fait confiance, c’est que vous n’aimez pas vos propres enfants. Et si vous n’aimez pas vos enfants, les enfants de ce monde peuvent craindre le pire.

On peut rappeler aux dirigeants du monde, ces quelques mots d’un leader qui pèse lourd par son absence : « Les devoirs à l’égard de soi-même, de la famille, du pays et du monde, ne sont pas indépendants les uns des autres. Notre pays ne peut tirer aucun profit du mal que l’on se fait, ou de celui qu’on inflige à sa famille. Ce n’est pas non plus en portant préjudice au monde en général, qu’on peut rendre service à son pays. » GANDHI


8 vues